SIMBIOS

Le numérique n'est pas immatériel

Terminaux, serveurs, infrastructures réseaux... ce qui fait fonctionner le numérique a été construit et consomme de l'électricité.

Quand on pense au numérique, on pense souvent à immatériel. Pour dire qu’on est passé à une solution numérique on entend parfois : “On a dématérialisé tel service”. Cependant, les services numériques ont bel et bien de matériels pour fonctionner. On peut les ranger dans trois catégories :

  • Les terminaux utilisateurs et utilisatrices (smartphones, ordinateurs, console de jeux…)
  • Les serveurs (généralement réunis dans des datacenters) qui permettent de stocker les données, de faire les calculs…
  • L’infrastructure réseau qui permet aux terminaux et aux serveurs de communiquer entre eux. Le réseau internet est constitué d’antennes (4G, 5G…), de câbles souterrains, de câbles sous-marins…
Illustrations d’une antenne réseau, de terminaux numérique et des serveurs dans un datacenter

Illustrations d’une antenne réseau, de terminaux numérique et des serveurs dans un datacenter

Pour me permettre de regarder une vidéo en streaming, mon téléphone va devoir se connecter à un serveur pour aller télécharger petit à petit les fichiers vidéos.

Cas plus complexe, si une personne envoie un email à son voisin. Disons qu’elle habite à Nantes. Ce qu’on voit, c’est qu’elle envoie son message et quelques secondes plus tard son voisin le reçoit sur son mail sur son ordinateur.

Ce qui se passe derrière c’est que son smartphone va envoyer le message à son serveur mail (mettons en région parisienne), ce dernier va envoyer le message au serveur mail de son voisin (on va dire dans le Nord) et ce serveur va envoyer le message sur le PC de son voisin (à Nantes donc). Les deux personnes ont beau habiter à quelques mètres l’une de l’autre, le message a parcouru un millier de kilomètres avant d’arriver.

Pour fonctionner, l’électricité est nécessaire. En France, 12% de électricité totale produite est utilisée par le numérique. Elle se répartit de la manière suivante :

Graphique représentant la part de consommation d’électricité du secteur numérique : terminaux domestiques 39%, terminaux professionels 37%, infrastructure réseaux 6% et serveurs/datacenters 18%.

Les trois quart de l’électricité sont consommé par les terminaux

Avec leur taille colossale, les datacenters ont souvent mauvaise publicité. Mais il n’y en a pas tant que ça, ce qui fait que leur consommation électrique est bien inférieure à celle des terminaux finaux.

Pour approfondir le sujet, je vous invite à consulter cet article de notre-environnement.gouv.fr .

Retour aux articles