Aller au contenu principal
Vous pouvez écouter cet article en podcast

« Je fais attention à mon usage numérique : je trie mes mails. » Voilà une phrase qui est souvent entendue dans les médias et au sein d’entreprises avec une volonté de bien faire.

En réalité quand on prononce ces mots, j’entends surtout : « Je veux faire attention, mais je ne sais pas comment faire. »

Ne me méprenez pas. Si vous triez vos mails, vous pouvez continuer à le faire. Mais cela ne doit surtout pas vous donner une excuse pour avoir une quelconque contre-action. Par exemple : « Ce nouveau téléphone me tente bien… mais le mien fonctionne encore très bien. Ce ne serait pas responsable de le changer… bon allez, comme je passe du temps à trier mes mails : je peux bien me le permettre. »

Regardons uniquement les emissions de gaz à effet de serre pour simplifier. En triant les mails, on agit uniquement sur le stockage donc une partie des serveurs qui sont responsables de 15 % des emissions du numérique (source : GreenIT, L’empreinte environnementale du numérique mondial ).

Difficile d’affirmer quelle est la part du stockage au sein des serveurs et sur ce stockage quelle est la place réservée pour les emails. Par contre, on sait que les messages (mails et services de messagerie) constituent 2,3 % du trafic internet (source : Sadnvine GIPR 2023). Si on fait une large sur-estimation on va dire que 50 % du coût environnemental des serveurs provient du stockage et 5 % du stockage sont liés aux mails. On arrive avec cette large sur-estimation à 0,35% des emissions du numérique dues au stockage des emails.

Répartition du trafic internet : 66% pour la vidéo et seulement 2,3% pour les messages.

Source Sadnvine GIPR 2023 .

En réduisant de 90% les mails stockés, on aurait le même impact que si tout le monde réduisait de 2-3% la qualité des vidéos regardées (et personne ne verrait la différence !).

Et encore, on regarde ici les émissions globales. Si on regarde en France avec son électricité relativement bas carbone, l’opération serait encore plus négligeable. Si on regardait la consommation de ressources, les mails pèseraient encore moins lourds.

Le tri des emails a donc un impact très limité. Il est largement plus rentable d’avoir d’autres gestes responsables comme :

Retour aux articles